Christiane F. - Nous les gars du zoo de Berlin

Avec la bande originale culte composée par David Bowie, ce film est une représentation crue de la descente d'une jeune femme dans la spirale de la toxicomanie.

Christiane F. - Nous les gars du zoo de Berlin

Christiane F. - Nous les gars du zoo de Berlin est un film allemand réalisé par Uli Edel . Consacré comme un film culte pour toute une génération et pour celles à venir, il a réalisé un box-office record dans toute l'Europe. Le scénario est basé sur l'histoire vraie de Christiane Vera Felscherinow, une fille devenue accro à l'héroïne et prostituée à l'âge de 13 ans.



Le camée de David Bowie et le bande sonore sont deux des nombreux éléments qui ont rendu ce film célèbre. La majeure partie du film a été tournée dans le quartier de Charlottenburg à Berlin, autour du zoo Bahnhof, le centre du trafic de drogue et de la prostitution à Berlin-Ouest dans les années 1970.



La sombre station de métro, les voies ferrées, les passages inférieurs et les ruelles peints dans le livre et montrés dans le film ont plongé le zoo de la Bahnhof dans l'imaginaire collectif de la drogue et de la dégradation des grandes villes européennes.

Pour maintenir l'authenticité absolue des faits, des gens de la rue ont participé à la fusillade, vrais toxicomanes embauchés comme figurants à la station de métro .



Aujourd'hui, l'arrêt de Berlin Zoologischer Garten a été autorisé et vous ne trouverez rien de décrit dans le livre. Malgré cela, le cinéma a fait de ce lieu un lieu éternel, symbole de la monstruosité d'une drogue comme l'héroïne.

des phrases qui vous font penser à l'amitié

Christiane F. dans la vraie vie

Christiane F. et Christiane Vera Felscherinow , né le 20 mai 1962 à Hambourg. En 1968, sa famille a déménagé à Berlin. Elle grandit dans un environnement très difficile, avec un père alcoolique qui la maltraitant devant sa mère acculée par la peur, mais qui décide finalement de mettre fin à ce mariage toxique.



À l'âge de douze ans, Christiane est d'abord entrée en contact avec des drogues douces, puis avec des drogues dures jusqu'à devenir accro à l'héroïne. A quatorze ans, elle se prostitue à la gare à cause d'elle la toxicomanie . À ce moment-là, elle a été appelée à témoigner dans un procès pour pédophilie, dans lequel un homme était accusé d'avoir donné de l'héroïne à des mineurs en échange de relations sexuelles.

Le livre autobiographique

Intrigués par son témoignage, les journalistes Kai Hermann et Horst Rieck du magazine allemand Arrière ils décident d'interroger Christiane pour mettre en lumière le problème de la drogue qui, ces années-là, a fait des centaines de victimes.

Christiane, 16 ans, accepte de raconter son histoire . Les entretiens enregistrés donnent forme à une biographie dure et amère, initialement publiée en chapitres dans le magazine puis transformée en livre en 1978.

Le livre biographique des deux journalistes intitulé Nous, je garçons du zoo de Berlin il a été traduit en dix-huit langues et s'est vendu à cinq millions d'exemplaires dans le monde. En Allemagne, c'est même une lecture obligatoire dans les écoles.

Après le livre, le film et la renommée mondiale

En 1981, le réalisateur Uli Edel décide de faire un film basé sur le livre, choisissant l'actrice Natja Brunckhorst pour le rôle de Christiane. Le film a été un énorme succès, tout en faisant sensation et émoi.

L'histoire «inconfortable» de Christiane saute aux yeux des médias du monde entier , mettant à l'honneur la vie du protagoniste qui, malgré de courtes périodes de désintoxication, n'a pas pu sortir pendant de nombreuses années de ce cauchemar. Aujourd'hui, la vraie Christiane F. vit à Berlin, loin des fantômes du zoo de la Bahnhof, mais reçoit toujours sa dose quotidienne de méthadone .

Christiane F. - Nous les gars du zoo de Berlin

Le film nous montre Christiane comme une jeune adolescente normale qui aime la musique rock et qui aime sortir tard avec des amis. Elle vit dans un petit appartement à la périphérie de Berlin, avec sa sœur et sa mère qui, après avoir quitté son mari alcoolique, ont décidé de vivre avec un autre homme.

Christiane est agacée par la présence constante du petit ami de sa mère et commence à sortir avec de nouveaux amis rencontrés lors d'une fête. Avec eux, il commence à essayer l'alcool, la marijuana et les drogues synthétiques et opiacés jusqu'à ce que, lors d'un concert de David Bowie, il renifle de l'héroïne pour la première fois. Il précise que c'est 'juste par curiosité', mais le sentiment de plaisir et de fuite de la réalité est trop fort. Pendant ce temps, il rencontre Detlef, un très jeune toxicomane dont il tombe amoureux.

Les performances des jeunes acteurs sont magistrales. Surtout celui de la toute jeune actrice Natja Brunckhorst, qui n'avait jamais joué auparavant et qui nous en donne une interprétation inoubliable.

Christiane perd bientôt son innocence et se retrouve dans un étroit tunnel dont elle ne peut plus sortir. La scène où les deux jeunes tentent de surmonter une terrible les symptômes de sevrage enfermé dans une pièce est vraiment choquant.

Christiane F. et sa descente aux enfers

L'échec physique et spirituel de Christiane est maintenant à son apogée: acheter de la drogue, commence à se prostituer à l'arrêt de bus et autour du zoo .

À ce stade, le film dépeint sans relâche la culture de la drogue à Berlin-Ouest. Les scènes fortes, comme celles d'un toxicomane qui saute sur les toilettes pour retirer l'aiguille du bras de Christiane et voler la dose, sont difficiles à digérer.

Les réactions à la nouvelle des décès par overdose et aux visages pâles et tristes des drogués en file à la station de métro, difficiles à oublier.

Nous ne pouvons pas juger des choix qui mènent une personne à la dépendance : tente de calmer sa douleur de vivre en se réfugiant dans un monde qui la consume physiquement et psychologiquement.

le bonheur est parfois quelqu'un

Beaucoup n'ont pas de famille sur laquelle compter, pas de soins médicaux ou aucune raison de lutter. Ils veulent juste rester dans les «limbes» entre la vie et la mort créés par l'héroïne. Et malgré cela, ils continuent de souffrir.

Les garçons du zoo de Berlin sont des âmes piégées dans un lieu dont personne n'a réussi à les sortir, est entré dans la mémoire collective grâce à des récits et des témoignages comme celui de Christiane F.

Les drogues sont dévastatrices quand nous ne voyons pas d'autre issue

Les drogues sont dévastatrices quand nous ne voyons pas d'autre issue

La drogue elle-même n'est pas un amplificateur de conduite assez puissant si elle ne s'installe pas dans des griffes vitales orphelines d'affection et d'habitudes saines.