Les effets de la cocaïne sur le cerveau

La cocaïne est l'une des drogues les plus utilisées et les plus addictives. Au-delà de la sensation d'euphorie et de bien-être qu'elle produit, elle a divers effets néfastes pour la personne. Dans cet article, nous expliquons quels sont les effets de la cocaïne sur le cerveau.

Les effets de la cocaïne sur le cerveau

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu'ils sont les effets de la cocaïne sur le cerveau ? Nous essaierons de répondre à cette question dans les lignes suivantes.



Selon une étude récente, qui a analysé les déchets urbains, la cocaïne est la drogue la plus consommée en Italie. Un vrai problème de santé dans le domaine de la toxicomanie. Cette substance, synthétisée à partir de la feuille de coca, provoque une sensation d'euphorie, d'énergie et de vivacité d'esprit chez ceux qui la consomment. De plus, il agit en réduisant l'appétit ainsi que le besoin de sommeil.



En plus de ces effets à court terme, La consommation de cocaïne a d'importantes conséquences négatives à long terme, tels que les troubles émotionnels ou comportementaux. Ci-dessous, nous décrirons les effets anatomiques, métaboliques et fonctionnels de la cocaïne sur le cerveau.

Homme toxicomane

Les effets anatomiques et métaboliques de la cocaïne sur le cerveau

Cette substance affecte les systèmes noradrénergique et dopaminergique du cerveau. En particulier, son mécanisme consiste à favoriser la libération de noradrénaline, tout en inhibant la réabsorption de la sérotonine, de la dopamine et de la noradrénaline dans les synapses. Par conséquent, dans l'espace qui existe entre deux neurones communicants, également appelés schisi sinaptica , la disponibilité de ces neurotransmetteurs est plus grande.



Cet effet se traduit par une série de changements cérébraux à long terme. Lors des examens post mortem, il a été observé que le cerveau des consommateurs de cocaïne contenait moins de dopamine dans le corpus striatum , une densité plus faible de monoamines et l'expression de l'ARN qui code le transporteur de la dopamine. Une augmentation de la microglie et des macrophages a également été détectée. Autrement dit, la consommation de cocaïne est liée à la perte de terminaisons dopaminergiques et de neurones entiers.

Les dommages cellulaires provoquent que le circuit de récompense , dont la voie dopaminergique fait partie, altère sa fonctionnalité , produisant une consommation compulsive. De même, la moindre présence de dopamine endogène, ou hypodopaminergie, provoque des symptômes de sevrage, une dépression et un besoin impérieux.

Deuxièmement, il a été observé que la consommation de cocaïne et d'autres stupéfiants augmente la présence de radicaux libres et le stress oxydatif. Ces cellules, bien que nécessaires, en excès sont liées à vieillissement et les dommages cellulaires. Ils interfèrent également avec la fonction de la barrière hémato-encéphalique, qui est essentielle pour protéger le cerveau des agents externes nocifs et maintenir l'homéostasie.



Enfin, l'usage de la cocaïne altère la vascularisation cérébrale, ce qui rend un accident vasculaire cérébral plus probable , ainsi que l'augmentation du facteur de nécrose tumorale.

Fille avec des problèmes de toxicomanie

Effets fonctionnels

Les changements et dommages mentionnés ci-dessus produisent une série de conséquences sur le fonctionnement neuropsychologique du consommateur. En général, les personnes qui consomment de la cocaïne ont une performance moindre chez les grains de beauté test d'évaluation neuropsychologique . Ces effets se retrouvent surtout dans le domaine de l'attention, de la mémoire, de l'inhibition de la réponse et des fonctions exécutives.

Plus précisément, la cocaïne affecte les mécanismes d'attention sélective et prolongée, la mémoire de travail, la mémoire visuelle et la capacité d'apprentissage. Ces effets deviennent plus évidents dans les périodes d'abstinence.

En ce qui concerne le fonctions executives , les utilisateurs de cocaïne montrent de plus grands échecs en essayant d'inhiber les réponses, plus d'impulsivité et ils sont moins capables de prendre des décisions. Ceci combiné avec moins de flexibilité face au changement, une moins bonne capacité à traiter les erreurs et à gérer les imprévus.

En résumé, l'usage de cocaïne, probablement l'une des drogues les plus addictives, nuit à l'usager à plusieurs niveaux. Outre les effets qui viennent d'être décrits, il existe également un grand nombre de conséquences émotionnelles, comportementales et sociales qui affectent la qualité de vie de la personne qui l'utilise.

Les effets de la cocaïne sur le cerveau

Les effets de la cocaïne sur le cerveau

Vous êtes-vous déjà demandé quels étaient les effets de la cocaïne sur le cerveau? Nous essaierons de donner une réponse dans les lignes suivantes.


Bibliographie
  • Urigüeña, L. et Calladoa, L.F. (2010). La cocaïne et le cerveau. Troubles addictifs, 12 (4), 129-134.
  • Ramos-Cejudo, J. et Iruarrizaga Díez, I. (2009). Corrélats neuropsychologiques et émotionnels impliqués dans la consommation de cocaïne: un examen théorique des nouvelles découvertes. Intervention psychosociale, 18 (3), 245-253.